Her Story – trois heures en compagnie d’Hannah

Her Story, sortie en 2015, est une création indépendante signée Sam Barlow, auteur notamment de l’excellent Silent Hill : Shattered Memories. Sa nouvelle production nous place face à un puzzle de (très) courtes séquences vidéo, présentant l’interrogatoire d’Hannah Smith, par ailleurs impeccablement jouée par Viva Seifert. Au travers de multiples recherches par mots-clés, il faudra alors reconstituer l’histoire captivante de la jeune femme.

Direction artistique

Difficile ici de parler de bonne ou mauvaise direction artistique, mais tout est là pour nous plonger dans une ambiance rétro. En effet, c’est au travers d’un vieil ordinateur d’un commissariat que se déroule et se résout le puzzle. Les couleurs immondes et la résolution des vidéos rappellent sans peine cette époque où les écrans CRT étaient rois, malmenant rigoureusement nos petits yeux fragiles !

Interface / ergonomie

Comme tout se fait via l’écran de cet ancien poste de travail, l’interface rappelle celle de Windows 3.1, ce qui n’est pas forcément un compliment. Toutefois, pas mal de raccourcis claviers sont implémentés, et on peut farfouiller un peu partout sur l’ordinateur sans problème. En tout cas, pour les tâches basiques (la recherche et le visionnage), on s’y retrouve aisément.

Narration

Gros point fort de Her Story, sa narration éclatée en dizaines de petites vidéos s’avère passionnante. A vrai dire, toute l’ingéniosité du game design réside dans ce découpage. Chaque séquence présente plusieurs mots-clés et on peut tomber sur la même vidéo (indiquée comme déjà visionnée, heureusement) via plusieurs cheminements de recherche. Cela permet de faire des liens, de regrouper ses idées, et trouver de nouveaux termes – plus précis ou au contraire plus vagues – pour lancer d’autres recherches plus fructueuses. Chaque réplique – mais aussi chaque mouvement, chaque attitude – de l’interrogatoire d’Hannah donne potentiellement de nouveaux indices. Dans l’idéal, il est préférable de faire le jeu d’une traite, le puzzle durant entre deux et trois heures. En effet, se souvenir de chaque détail est un réel avantage pour la compréhension, et un joueur qui s’immerge à fond sur quelques heures en profitera plus, que sur une session de jeu sans cesse coupée et reportée à un autre jour !

Rythme

Les vidéos étant vraiment courtes, et les recherches faciles, le rythme ne se montre jamais pénible. A force, cependant, le format peut un peu lasser, mais le jeu n’est pas très long de toute manière.

Histoire

Le récit d’Hannah est excellent. Heureusement, puisqu’il est au centre de l’attention. Les quelques idées abordées font mouche, et le fait de les découvrir au travers d’un puzzle narratif renforce davantage leur impact. Evidemment, moins vous en savez avant de commencer, plus vous serez surpris au fil de l’enquête !

Mécanismes de jeu

Hormis l’ingénieux découpage et le système de recherche par mots-clés déjà abordés plus haut, Her Story ne propose pas vraiment de mécanismes de jeu. Pour autant, et malgré l’absence de gameplay au sens « ressenti / action », il s’agit d’un jeu vidéo, pur et dur, et aucun autre média ne pourrait offrir l’expérience proposée par le jeu de Sam Barlow.

Level design

Pas vraiment de notion de level design ici, le cheminement du puzzle se fait au travers des mots-clés. Ainsi, chaque joueur s’oriente comme il peut dans un dédale de vidéos, et tous arrivent (à peu près) à faire le tour du sujet.

Prise de risque

Vu l’OVNI vidéoludique qu’est Her Story par rapport au reste de la production, la prise de risque est grande. Les talents, écriture de l’auteur et jeu de l’actrice, font le reste.

 

Verdict

Si vous cherchez une expérience un peu hors du commun, courte et ingénieuse, Her Story pourrait bien vous convaincre le temps d’une soirée. Pour les autres, qui y ont déjà joué, libre à vous de venir en discuter dans les commentaires.

 

Liens utiles

 

2 réflexions sur “Her Story – trois heures en compagnie d’Hannah

  1. Je dois bien avouer, puisque la question a été posée (dans l’article sur Nuclear Throne) que la nouvelle forme des articles me convainc moins, en tout cas telle qu’elle a été pratiquée sur NT et Her Story : évidemment l’argument du temps consacré à chaque article est conséquent, mais on gagne en lisibilité (un gain inutile à mon avis) ce qu’on perd en personnalité de l’article. On se retrouve avec l’impression de n’avoir plus à lire que le petit tableau de jeuxvideo.com qui présentait jadis une synthèse de l’article selon certains critères notés, sans l’article qui le précédait, et c’est dommage : je ne lis pas les chroniques ludiques pour avoir une référence mercantile, dont la notation m’aiderait à évaluer si un jeu vaut le coup ou non, sans que j’aie envie de prendre la peine de lire un texte, je les lis parce qu’un rédacteur m’expose son ressenti, critique ou simplement interprétatif d’une expérience de jeu, et c’est cette personnalité qui m’intéressait bien plus qu’une standardisation, commode pour le rédacteur, mais nuisible (ce qui n’est que mon avis) à la singularité du blog. Merci en tout cas pour le (reste du) site, en espérant que la forme adoptée ne prendra pas trop le pas sur la qualité de ton travail !

  2. Salut MOYOCOYANI !

    Déjà, merci pour ton retour (et ta franchise), tu es quasiment le seul qui s’est exprimé sur le sujet !

    Effectivement, ce genre de « test » est un peu plus formel / bateau que les articles habituels. Je pensais que présenter un jeu au travers de critères que je juge essentiels pour apprécier un titre, était une bonne approche, claire et plus concise, donc plus agréable à lire qu’un bon pavé des familles. On perd un peu cette notion de « ressenti », comme tu le soulèves, mais pour autant j’essaie de vraiment mettre l’accent sur les points que je trouve critiques (dans le bon ou le mauvais sens). A savoir le rythme de dingo de Nuclear Throne et la narration fragmentée de Her Story. Je suis bien d’accord que ça serait plus sympa de faire de vrais articles anglés sur ces points, mais faute de temps, j’étais plutôt parti sur cette standardisation, qui me permet de balayer rapidement un peu tous les critères, tout en mettant en avant des morceaux choisis.

    A vrai dire, j’expérimente. Et je te rassure, tous les articles ne sont pas voués à devenir comme ceux là. D’ailleurs, le précédent était plus classique, avec un retour sur le voyage que m’avait proposé Brothers A Tale of Two Sons !

    Voila, encore merci pour ton commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *