Cave Story, une version « plus » indispensable ?

Old school, Cave Story l’est assurément. Pourtant sorti en 2004, ce jeu est rapidement devenu un digne représentant du jeu vidéo indépendant. Il fut développé par un seul et unique bonhomme, Daisuke "Pixel" Amaya pour ne pas le nommer, qui a su tirer sur notre fibre nostalgique en nous proposant un titre au gameplay sans fioriture, musicalement génial et au design d’un autre temps. Ce qui nous intéresse aujourd’hui est la version "plus" de Cave Story, disposant de graphismes plus fins ainsi que différentes versions des musiques originales… Pour notre plus grand plaisir !

Spoiler alert : il y a des robots dans Cave Story.

 

Une histoire de grottes et de lapinous

L’intrigue de Cave Story, comme son nom l’indique, se déroule sous terre, dans un univers créé de toute pièce pour la peine. Au début du jeu le héros se réveille, amnésique évidemment, au fin fond d’une grotte. Il récupère rapidement une arme qui va lui permettre d’avancer dans ce sombre dédale. Comme le personnage, le joueur ne sait rien. Principe très classique du jeu vidéo old school qui permet d’éviter de longues séquences d’introductions. Bref, vous êtes sous terre et ne tarderez pas à rencontrer les seuls habitants sympathiques de ce milieu hostile : les lapins, ou Mimiga si on respecte le background du jeu. Cet univers est d’ailleurs plutôt bien retranscrit au cours de l’histoire. Celle-ci permet de découvrir petit à petit les desseins de chacun, en même temps que le contexte général. Tout est très cohérent. Terriblement simple mais tout à fait cohérent. On n’en demandait pas plus pour un titre du genre !

Les boss ne possèdent pas un charisme fou mais les combats sont mémorables.

 

Cave Story, une ambiance 16-bits

Comme vous l’aurez remarqué sur les captures d’écran qui ponctuent cet article, Cave Story est visuellement très proche des consoles 16 bits que l’on connait bien. Cela renforce évidemment le côté old school du titre, même s’il aurait pu gagner à être un poil plus joli, plus esthétique à vrai dire. Le design est sympathique mais manque cruellement d’identité. Heureusement, ce n’est pas le cas des musiques, toutes aussi excellentes les unes que les autres. On ne passe pas à côté de celles qui vous mangent le cerveau (notamment dans des endroits assez corsés que l’on recommence plusieurs fois), ou d’autres excessivement entrainantes à l’approche d’un boss, rendant le joueur plus impatient que jamais avant l’affrontement décisif. La version "plus" propose trois versions différentes des musiques dans les options : originales, nouvelles ou remasterisées. Je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, les trois choix sont excellents. Une bonne excuse pour recommencer le jeu !

Attention, sous l'eau vous êtes lent et vulnérable.

 

Un jeu varié, équilibré et fort agréable à jouer

Dernier point, et pas des moindres, pour finaliser ce tableau plus qu’old school : la jouabilité. Réglée comme du papier à musique, il est, à mon sens, impossible de s’en lasser. Peu de boutons, mais une précision à toute épreuve dans les sauts et l’utilisation des armes. Chacune d’entres elles à sa propre zone d’effet et sa propre puissance. Une nouvelle fois on nage en plein classicisme, mais qu’est ce que c’est bon ! De plus, Cave Story ne se veut pas un shoot ou un jeu de plateformes simpliste. Le joueur est souvent amené à explorer son environnement, à la recherche d’une arme ou d’un objet de quête (si on peut dire cela), ou de l’un des nombreux passages secrets disséminés tout au long de l’aventure. Oui, Cave Story est un jeu d’aventure, un vrai. Il y a réellement un univers et un gameplay qui définissent ce trait de caractère si particulier.

Evidemment, les boss (peu) charismatiques (et autres méchants débiles) sont de la partie et chaque affrontement est un pur régal. La difficulté est particulièrement bien dosée et il faudra apprendre quelques patterns avant d’en venir à bout sans trop forcer. Et je ne vous parle pas du final, je vous dis simplement « Bon courage ! ».

Le genre de cachette qui fait plaisir !

 

Cave Story est donc un petit bijou du jeu vidéo indépendant (encore un…).

Si vous êtes curieux, vous pouvez d’ores et déjà télécharger la version gratuite disponible sur le site du jeu. Quant à la version "plus", disponible sur Steam et WiiWare, elle n’apporte pas énormément de choses à l’excellent matériau d’origine, mais cela peut être un bon moyen de concrétiser votre expérience sur ce titre Ô combien important pour la scène du jeu vidéo indépendant.

 

Qualités

  • Aspect old school et l’hommage général aux jeux vidéo 16 bits
  • Les nombreux secrets et fins qui en découlent
  • Un gameplay tout simplement parfait
  • Des musiques tout simplement parfaites

Défauts

  • Vraiment trop court
  •  Design peu convaincant

 

Note globale : 4/5

________________________________

 

4 réflexions sur “Cave Story, une version « plus » indispensable ?

  1. C’est marrant, je ne pensais pas du tout qu’il était sorti il y a déjà 8 ans !

    C’est presque un rétro gaming que tu nous fais là… pour un jeu déjà rétro à son époque 🙂
    Quand tu dis « vraiment trop court », tu as mis combien de temps à le terminer ?

    J’ai vu que le jeu était même sorti sur 3DS. C’est quand même une belle chose de voir qu’aujourd’hui un Dev indépendant peut à nouveau se retrouver publier sur des consoles… même si le chemin est très long

    1. Salut Alphajet !

      J’ai mis 7 heures grand max pour le terminer. Pour d’autres jeux cela aurait été (largement) suffisant mais pour Cave Story, le gameplay est tellement bon que, finalement, on reste sur un sentiment de « court ». Après, je suis un peu vache car la replay value est plutôt bonne (beaucoup de passages cachés et découverte des différentes versions des musiques) et que le jeu a été réalisé par un pauvre mec tout seul. Mais que veux-tu, c’est ça la rançon de la qualité 🙂

      J’aimerais bien tester le jeu sur 3DS maintenant que tu le dis !

  2. intéressant, et ceci s’inscrit bien dans le courant de retrogaming qui finalement montre que les designs « anciennes » plaisent aux joueurs… j’ai même impression qu’il y a plus des jeux de ce type qui sortent de nos temps que à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *