Serena, angoisseur angoissé (déprimé)

 

Je suis tombé totalement par hasard sur ce titre, Serena, au détour lugubre d’une page Steam. Des couleurs ternes, une ambiance un peu glauque et, surtout, un jeu gratuit. Oui, gratos, et ce n’est pas un des free-to-play moisis qui pullulent depuis un certain temps sur la plateforme de Gabe. C’est un vrai jeu, avec un début et une fin. Bon, cela ne dure qu’une heure, maximum, et il n’y a rien de vraiment fou, mais l’intention est louable.

 

C'est accueillant chez vous...
C'est accueillant chez vous...

 

Serena se veut être dans la lignée d’un Gone Home, c’est à dire :

  • Une maison terne (une cabane dans les bois, cette fois-ci)
  • Une vue subjective mise directement en situation  (ici, assis à une table en train de regarder une photo : on a vu mieux comme introduction en la matière)
  • Une absence d’interface ou d’indication (n’appuyez pas sur Escape, sinon le jeu se ferme…)
  • Des photos moches et des lettres d’amour (qui ne vont pas non plus creuser très loin)

 

Difficile d'être enthousiaste devant tout ce marron verdâtre.
Difficile d'être enthousiaste devant tout ce marron verdâtre.

 

Un point & click assez basique où le curseur de la souris se transforme s’il y a possibilité d’interaction, et où le personnage (et narrateur) que l’on joue, parle et évoque ses pensées ou ses souvenirs à chaque objet cliqué. Le but du jeu est seulement de dérouler l’histoire écrite pour la peine.

Le problème, c’est que cette histoire n’est pas non plus affolante d’originalité. Il n’y a pas cinquante possibilités ou conclusions au problème, et on découvre malheureusement bien vite où les scénaristes du jeu veulent en venir. Attention, ce n’est pas complètement nul non plus, c’est juste trop classique pour être pris vraiment au sérieux. N’importe quelle courte nouvelle un peu glauque lue ici ou là pourrait s’avérer être un palliatif à Serena, les pauvres interactions et la sympathique musique en moins. N’est pas Gone Home, qui veut.

 

Des petits clins d'oeil à Kickstarter, certainement pour rappeler la campagne de financement du prochain jeu du studio : Asylum.
Des petits clins d'oeil à Kickstarter, certainement pour rappeler la campagne de financement du prochain jeu du studio : Asylum.

 

Bon, on ne va pas non plus cracher 107 ans sur un jeu gratuit. A vous de voir si vous désirez passer une heure au sein de ce décor déprimant, et suivre une histoire ultra classique portée par un personnage lunatique mais finalement assez convaincant dans son doublage. On navigue entre la perte de temps et la curiosité.

 

Qualités

  • Gratuit, tout de même
  • Des musiques et un doublage agréables

 

Défauts

  • Quand même pas super bien écrit
  • Rien de bien neuf à l’horizon

 

Note globale : 1.5/5

________________________________

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *