The Banner Saga – aperçu de l’univers et sa mythologie

Dans l’optique de compléter le test de The Banner Saga, voici le premier article d’une série de textes dédiés à l’univers et à l’histoire de cette inoubliable épopée Viking. De plus, cela permettra d’avoir à portée de main un récapitulatif des évènements ainsi qu’un condensé des grandes lignes de la mythologie composée par Stoic, afin de se rafraîchir les idées lorsque le second épisode sortira. Un peu dans la lignée de l’analyse de Bioshock Infinite, le sujet sera globalement scindé en deux parties, la première (celle-ci) présentera de manière générale le background, les races, l’Histoire et, enfin, le contexte global dans lequel débute The Banner Saga, tandis que la suite se focalisera davantage sur le récit qui nous est raconté dans ce premier épisode, brossant par la même occasion un portrait des nombreux personnages hauts en couleur qui peuplent cet univers fascinant.

Attention, la suite de cet article contient des spoilers sur : The Banner Saga.

Aperçu de l’univers

Les évènements de The Banner Saga prennent place dans un pays scandinave imaginé pour l’occasion. Si les humains, ou Vikings, sont bien présents, la mythologie nordique n’apparait pourtant pas telle que nous la connaissons. Les concepteurs ont ainsi imaginé des légendes et mythes entièrement originaux. Point de Thor, d’Odin ou de Midgard à l’horizon, mais des Varls, des Dredges, ou encore quelques noms de Dieux inconnus au bataillon, tels Dundr, Radormyr ou encore Marek. Sans plus attendre, voici une rapide présentation de ce background à la très forte identité.

Les légendes varls n'ont rien  à envier à nos mythes nordiques.
Les légendes varls n'ont rien à envier à nos mythes nordiques.

Les races

  • The Banner Saga - Race HumainHumains: nul besoin de s’éterniser sur leur description, ils sont de taille normale, ils ne se montrent franchement pas frileux, et suffisamment rapides et habiles au combat pour participer aux grandes batailles qui s’annoncent. La race Humaine fut créée par la Mère-Tisseuse, et vivait à l’origine dans la partie Sud du pays. A noter que parmi ces Humains, certains affichent une plus grande sensibilité avec les arts magiques. Ceux-ci sont alors appelés Magniens. Leur grand pouvoir, inconnu ou incompris par la plupart, provoque une certaine crainte et méfiance de la part de leurs congénères. Les Magniens font également trembler l’autre race éminente et civilisée du jeu : les Varls.
  • The Banner Saga - Race VarlVarls: autrement qualifiés de géants, les Varls ressemblent assez aux Humains, à l’exception de leur taille beaucoup plus grande et de leurs deux imposantes cornes sortant du crâne. Guerriers redoutables créés par le Dieu Hadrborg en réponse aux Humains de la Mère-Tisseuse, ils régnaient jadis sur le Nord du pays. De plus, leur exceptionnelle longévité, quelques centaines d’années tout de même, les place en bonne position pour postuler en tant que race supérieure du coin, méprisant ainsi leurs voisins Humains, jugés trop faibles. En revanche, et contrairement à ces derniers, il n’existe que des Varls de sexe masculin. De fait, ils ne peuvent se reproduire. Jusqu’ici leur existence était uniquement assurée par le Dieu Hadrborg. Maintenant que les dieux sont morts, les seuls Varls encore vivants ont pris conscience qu’ils étaient les derniers de leur race…
  • The Banner Saga - Race DredgeDredges: ennemis historiques des Varls, les Dredges apparaissent comme de grandes créatures anthropomorphes dissimulées sous une épaisse armure soi-disant en pierre, cuirasse sombre brodée de gris et de noir. De nature agressive à toute forme de vie, ils furent autrefois créés par un Dieu dont le nom fut oublié avec le temps. Celui-ci était alors jaloux des créations de ses pairs, soient les Humains de la Mère-Tisseuse et les Varls du Dieu Hadrborg. Peu de temps après leur naissance divine, les Dredges attaquèrent les Varls lors d’une Grande Guerre meurtrière. Ces derniers s’allièrent alors aux Humains, et notamment aux Magniens, puis repoussèrent les Dredges. La race en fut presque éteinte, et on ne les revit plus avant longtemps. Durant ces années, leur nombre croissait dans l’ombre. Les femmes Dredges donnaient sans cesse naissance à de nouveaux bébés, futurs héritiers d’une prochaine Grande Guerre.
  • The Banner Saga - Race CentaureCentaures: ils n’apparaissent pas directement dans le premier épisode, mais on connait leur existence grâce à quelques descriptions de lieux situés au Sud de la carte, ainsi qu’à l’un des nombreux concepts-art diffusés par le studio de développement Stoic. Un buste d’Humain, sur un corps de cheval, donc. Il est possible que, comme les Varls, les Centaures soient le résultat d’expériences et d’essais menés par le Dieu Hadrborg. Nous en saurons très certainement plus au cours du second épisode. A noter qu’ils décimèrent tous les chevaux, le moyen de transport jadis le plus utilisé avec les drakkars. Depuis, Varls et Humains élèvent des yox, herbivores robustes et fiables assignées principalement à la tractation de charrettes.

Les Dieux

Si le panthéon de The Banner Saga parait fourni, il ne faut pas oublier que le récit du jeu démarre sur un triste constat : « Les Dieux sont morts ». Nous découvrons alors l’existence et les actes de ces derniers au fil des pierres divines qui défilent sous les pas du clan des Vikings parcourant le monde. Ces pierres demeurent vraisemblablement les seuls vestiges d’une existence théologique passée.

Les pierres divines dévoilent une partie de la mythologie de The Banner Saga.
Les pierres divines dévoilent une partie de la mythologie de The Banner Saga.
  • Bjorulf: Dieu de l’hydromel et du brassage. Adoré à la fois par les Humains et les Varls. Les terres situées autour de sa pierre divine se montrent incroyablement fertiles en ce qui concerne la pousse des ingrédients des boissons alcoolisées.
  • Denglr: Dieu de la bonne fortune et des richesses.
  • Dundr: Dieu primaire, disciple de la Mère-Tisseuse. A l’origine des jeux, des barbes, des chants, du rire et des secrets de la forge.
  • Hadrborg: Dieu créateur de la race des Varls. Disciple de la Mère-Tisseuse, qui lui enseigna l’art de la création. Si en premier lieu Hadrborg mit au monde quelques animaux sauvages, cela l’ennuya par la suite. Il entreprit de mixer ses bêtes aux Humains, et les Varls furent engendrés, probablement au même titre que les Centaures.
  • Hridvaldyr: Dieu de la forêt, des chasseurs et des bêtes sauvages. Représenté avec une lance.
  • Ingrid: Déesse de l’Histoire, du savoir, des coutumes et du futur. Sa pierre divine apparait criblée de runes anciennes que certains Magniens, les mages Humains pour rappel, arrivent à déchiffrer. C’est ainsi qu’ils apprennent et transmettent le langage des Dieux.
  • Marek: Dieu de l’eau et des mers. Représenté par une bête géante vivant dans l’océan.
  • Mère-Tisseuse : Déesse primaire qui créa la race Humaine.
  • Radormyr: Dieu de la chance, du beau temps ou encore des récoltes florissantes. Mystérieux et discret, représenté par un serpent vivant dans le soleil. Malgré le penchant de Radormyr pour la prospérité et l’abondance, sa pierre divine se situe étrangement au pied d’un lac totalement asséché.
  • Stravhs: Dieu des secrets et du commerce. Il est supposé être à l’origine des armes distribuées aux Dieux, avec lesquelles ils s’entretuèrent par la suite.

Le passé

Le passé historique de The Banner Saga est ponctué de violents affrontements, appelés les Grandes Guerres. La Première Grande Guerre eut lieu à l’aube du temps. Humains, Varls et Centaures s’affrontèrent, peut-être pour des raisons ethniques, peut-être pour des problèmes de territoires. Quoi qu’il en soit, la guerre se termina au moment où les Dredges firent leur apparition. S’ensuivit alors la Seconde Grande Guerre, où Humains et Varls s’allièrent pour affronter la race émergente des Dredges. Avec l’aide du Valka, le plus puissant mage Magniens, la menace fut repoussée jusqu’à l’extrémité Nord du pays, appelée Valkajokull. Les Dredges furent massacrés ou périrent dans ce désert de glace. Cependant, quelques-uns survécurent et se terrèrent dans les profondeurs souterraines, là où on ne les retrouverait jamais.

Suite aux deux Grandes Guerres, le calme revint tranquillement dans les rangs des deux peuples jadis belligérants, mais désormais alliés. Enfin, allié est un bien grand mot pour désigner ce lien fragile entre les différents dirigeants. Ces derniers, inflexibles, arrogants mais polis et diplomates, avaient maintenant laissé les guerres et les batailles derrière eux. Les Humains prirent naturellement position dans le Sud des terres, riche en forêts et en marécages, tandis que les Varls gardaient le Nord glacial et montagneux. Toutefois, cette frontière morale et historique montrait quelques signes d’oubli, tandis que les plus ouverts d’esprit, d’un côté comme de l’autre, commençaient à vivre en harmonie au creux de certaines campagnes, loin des influentes villes Humaines ou Varls.

Un jour, il apparut que les Dieux étaient morts. Les circonstances de leur disparition restent obscures, mais la légende raconte qu’un des leurs, le Dieu du commerce Stravhs, fit le troc de quelques armes destructrices avec ses semblables. Les Dieux s’entre-déchirèrent alors avec ces mystérieux instruments mortels, et périrent jusqu’au dernier. Difficile de noter la véracité d’un tel mythe, voire de placer ce douloureux évènement sur la ligne du temps de The Banner Saga, mais pourtant, bien des années plus tard allaient se profiler les débuts de la Troisième Grande Guerre.

The Banner Saga - Rook Alette

Le contexte présent

Les évènements narrés dans ce premier épisode de The Banner Saga se déroulent à l’orée de la Troisième Grande Guerre. Les Dredges, désormais innombrables, refont surface au Nord, marchant sans relâche vers les régions du Sud. Les villes qui se trouvent sur leur passage sont brulées, les habitants, massacrés. Des combats éclatent aux quatre coins des environs, entre Dredges et Varls, ces derniers combattant une nouvelle fois aux côtés des quelques Humains vivants dans le territoire Nord. Malgré cette alliance, les Dredges sortent souvent victorieux des batailles, et affichent toujours un nombre effrayant de redoutables et sanguinaires guerriers.

Au même moment, un mystérieux phénomène météorologique apparait : le soleil s’est arrêté dans le ciel. Le jour éternel. La lumière de l’astre enflamme le pays des Vikings en proie à un hiver des plus rudes. Cet évènement est-il dû à la disparition des Dieux, ou bien au soudain retour des Dredges ? Nul ne le sait, mais tout le monde subit ce soleil de minuit, persistant dans les heures les plus sombres de la civilisation.

Deux destins, deux histoires prennent alors place dans ce contexte de massacres et de guerres. Les Varls d’un côté, commandés par le vieil Ubin, puis par le légendaire Hakon. De l’autre côté, les fragiles Humains tentent de survivre, menés par le charismatique Rook et sa fille Alette. Les destinées ne tarderont pas à se croiser, au cours d’une aventure qui coutera la vie à plus d’un guerrier. Une aventure qui sera par ailleurs tracée sur les bannières de chacun des clans, représentant leur fierté, leur héritage.

Les bannières

Le titre du jeu n’a pas été choisi au hasard, les bannières possèdent un très fort symbole dans les coutumes inhérentes à ces peuples Vikings imaginés par Stoic. En effet, l’histoire des clans y est entièrement brodée, racontant aussi bien les batailles, que les plus difficiles décisions ou encore les rares moments de joie. Ainsi, lorsque les membres du clan se mettent en marche vers des jours meilleurs, ils peuvent observer et croire en leur bannière, toujours située en tête de troupe. Plus un clan est important, plus sa bannière se voit prendre de l’ampleur, flottant sans relâche au grès du vent glacial des terres scandinaves. Les clans ennemis ou les bandits peuvent dès lors remarquer l’importance du groupe qu’ils s’apprêtent à attaquer, et rebrousser chemin selon les dimensions de la bannière. Au contraire, les âmes perdues observent un refuge bienveillant selon la qualité de l’étendard, espérant le marquer à leur tour, faire partie du clan, le faire vivre.

Au cours du jeu, le joueur prend tour à tour le contrôle de trois clans. Trois caravanes plus ou moins importantes, brandissant chacune leur propre bannière.

The Banner Saga - Banniere UbinLa première est celle de la petite troupe du géant cornu Ubin. De couleur verte, représentant le calme de la nature, mais également symbole d’une forte instabilité, cette première bannière permet aussi en quelque sorte d’introduire le récit. Par sa couleur symbolique, elle transmet au joueur, encore inconscient des détails de la mythologie du jeu ou de ses enjeux, un déroulement qui s’annonce très certainement chaotique. Nul doute que le destin de cette caravane, venue accomplir une tâche tout à fait anodine, soit récupérer quelque impôt pour le roi, va basculer d’ici peu. Ce sentiment est renforcé par la première affirmation, « Les dieux sont morts », ainsi que par le contexte qui se révèle dès le début, « le soleil s’est arrêté dans le ciel ». Décidément, il semble impossible que tout se déroule comme prévu. Bref, si Dame Nature reste magnifiquement peinte au travers d’une direction artistique à tomber, le récit s’assombrit rapidement, et tranche avec la beauté des décors.

The Banner Saga - Banniere HakonLa seconde bannière est jaune, c’est celle du groupe de guerriers Varls menés par les célèbres Vognir et Hakon. Ancien symbole de puissance, la couleur jaune fraîchement brandie par les géants expose effectivement un revirement de situation. Ce changement dans le récit se déclenche au moment de la prise de conscience du danger des Dredges, puis l’implicite entrée en guerre contre ces étranges créatures cuirassées de noir. Les batailles s'annoncent rudes.

The Banner Saga - Banniere RookEnfin, le clan de Rook, un Humain parmi les autres devenu leader malgré lui, affiche une bannière rouge. Etant le véritable meneur de ce premier épisode, le clan de Rook accueillera de plus en plus de guerriers et civils, Varls ou Humains, décuplant un peu plus à chaque étape la taille de son étendard écarlate. Couleur symbole de vie et de passion, mais également de guerre et de violence, le rouge sied parfaitement au caractère et au destin de Rook, privé de sa tranquille vie de famille, puis forcé à prendre de terribles décisions tout en veillant sur les membres de son clan, avant d’entrer en guerre avec des Dredges plus que jamais assoiffés de sang.

Une réflexion sur “The Banner Saga – aperçu de l’univers et sa mythologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *