Yakuza 2

Comment ça un test d’un jeu Playstation 2 ? Et oui, sur chroniques-ludiques.fr on traite de l’actualité mais également de jeux plus anciens mais tout aussi méritants d’avoir quelques lignes qui parlent d’eux, en bien ou en mal d’ailleurs ! Ce coup ci, bienvenue dans le monde violent des yakuzas, avec le test du second épisode de la série créée par SEGA.

Nous sommes les méchants !

Yakuza 2 démarre quelque temps  après la fin du premier épisode. Le scénario est donc la suite directe et on y retrouve la plupart des personnages. Rassurez vous, un « Previously on Yakuza » est subtilement intégré au début du jeu. Pas d’inquiétude donc si, comme moi, cela fait des années que vous avez fait l’épisode un et que vous ne vous souvenez plus vraiment des détails. Au passage, si vous ne l’avez pas encore fait, foncez. Yakuza premier du nom est un peu plus qu’un excellent jeu ! La suite nous offre également une histoire haletante et riche en rebondissements en tout genre, de nouveau dans la peau de l’ex-yakuza Kazuma Kiryu, prêt à en découdre avec ceux qu’il aime. C’est un plaisir de le retrouver une nouvelle fois car le personnage est génial, classe et plutôt charismatique. D’autres font également leur retour, mais je vous laisse évidemment la surprise, tandis que pas mal de nouveaux font leur apparition sur l’estrade de cette histoire mature et complexe. Peu après le début du jeu, Kazuma sera amené à rencontrer le clan de yakuza d’Osaka et tout va partir de là. Des trahisons, des actes de bravoure, de la castagne et une bonne grosse de pression, c’est à peu près les ingrédients du scénario vraiment passionnant auquel nous assistons tout au long du jeu. Je pense que c’est vraiment le point fort du titre et on reconnaît bien avec ça le digne successeur du précédent volet. Très réussi !

L'ambiance très "japonaise" est remarquable. Chaque coin de rue a son lot de détails.

Vous l’aurez compris, on sera amené à fouler du pied une nouvelle zone : Osaka. Moins grande que la zone du premier (où une bonne partie de Yakuza 2 se déroule également), Osaka propose néanmoins tout autant de détails et de boutiques en tout genre. Les graphismes sont assez réussis et la mise en scène dynamise le tout. On en a plein les yeux au final et c’est tout ce que l’on demande. De plus il n’y a pas trop d’écrans de chargement, seulement quelques ralentissements quand on change d’écran. Bref c’est plutôt bon côté technique, enfin si on se remet dans le contexte PS2 ! Dans ces zones quand même assez étendues, vous aurez plein de choses à faire. Il y a des quêtes annexes à foison, pas mal de combats aléatoires contre les brutes du coin et des tonnes de boutiques ou de lieux de détente tels des casinos, des salles d’arcade SEGA, des bars à hôtesse, etc. Comme le premier vous me direz. Et bien oui, il n’y a vraiment rien de bien nouveau de ce côté-là et j’ai été assez déçu des activités proposées. Pour tout vous dire j’ai voulu tracer le jeu en ligne droite afin de  profiter un maximum du scénario vu que je connaissais déjà les annexes de par le premier opus. Soit, mais le jeu force le joueur à trainer dans la ville pendant des dizaines de minutes jusqu’à déclencher la suite des évènements. C’est excessivement lourd, surtout lors des derniers chapitres où le scénario est complètement emballé. On veut juste savoir la suite de l’histoire, mais non, on doit aller s’amuser en ville en attendant un coup de fil. Cela dure peut être une grosse demi-heure où l’on tourne et retourne dans les différents lieux pour faire passer le temps ! Insupportable. La durée de vie est artificiellement augmentée. Dommage car à la base le jeu est déjà long (20-25 heures) et du coup le rythme est super haché. C’est paradoxal car l’histoire, elle, pose un  rythme effréné. Bref je n’ai pas trop compris ce choix de volontairement faire patienter le joueur, et je n’y adhère pas du tout.

Un passage très fréquenté d'Osaka.

Le système de combat de Yakuza 2 a également été calqué sur celui de son ainé. C’est la même chose en fait, avec l’apparition de nouveau coups spéciaux. Ceux-ci sont toujours aussi violents et impressionnants, et il faudra en user et abuser pour vaincre la déferlante d’ennemis. Le gameplay est soigné, tantôt crispant et tantôt jouissif. C’est toujours un bonheur de remettre à sa place une petite frappe qui t’accroche dans la rue. C’est simple et ça fait plaisir. Bref rien de très neuf à l’horizon. On a aussi droit à des boss plutôt délicats. Ce n’est pas forcément difficile mais ils ont certains coups étranges qui les rendent invincibles ou qui coupent tout enchainement. Dur d’en placer une au bout d’un moment et on s’énerve facilement devant tant de déséquilibre. Yakuza était aussi un vrai partisan des QTE et on les retrouve évidemment dans ce second volet. Ils ne sont pas très punitifs en général mais le timing est tellement serré que des fois en s’en prend plein la tronche pour pas un rond. Mention spéciale au tout dernier combat, pensez à appuyer sur le bouton triangle à la fin, ça vous évitera de vous retaper l’affrontement d’un quart d’heure. Non mais des fois on se demande ce qui passe par la tête des concepteurs. Abusé ce passage.

Certains personnages secondaires accompagnent Kazumuma dans l'histoire.

Pour résumer, si vous avez apprécié le premier opus et que vous souhaitez prolonger l’aventure, ce Yakuza 2 est un bon achat à faire. Quelques imperfections qui gênent mais globalement c’est un bon jeu. Attention à l’overdose par contre si vous avez déjà bien parcouru son ainé, car c’est exactement le même modèle, avec une histoire différente mais toujours passionnante. Attention toutefois, le jeu n’a pas été traduit lors de sa sortie européenne donc si vous ne maitrisez pas la langue, ce n’est même pas la peine d’y penser, vous allez passer à côté de sa plus importante qualité !

Egalement toujours le même menu des compétences !

 

 

Une réflexion sur “Yakuza 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *