Orcs must die ! (Sauvez Willy 5)

 

Je n’aime pas vraiment le genre Tower Defense. Pourtant, Orcs must die (!)  me tentait depuis un petit moment, avec son ambiance stupide et la possibilité, en plus de la pose de pièges habituelle, de contrôler un héros débile aussi bien équipé en armes qu’en puissants sorts. J’ai donc fait le premier pas, et cinq heures plus tard, j’étais (presque) comblé.

 

Bienvenue dans Orcs must die ! Prenez place, prenez place.
Bienvenue dans Orcs must die ! Prenez place, prenez place.

 

Ce qui est bien avec les orcs, c’est qu’ils sont les méchants lambda et que l’histoire autour peut être complètement nulle, on prend quand même du plaisir à charcuter à tout va. Comme les zombies, en fait. C’est la menace, il faut la contenir. Ici on protège des failles bleues, mais cela aurait pu être un enclos de chiots mignons tout pleins. Peu importe le contexte, tant qu’il y a des orcs. Et du sang.

 

Les fameux petits chiots sans défense à protéger de la menace orc.
Les fameux petits chiots sans défense à protéger de la menace orc.

 

Et dans Orcs must die, le sang coule à flot. Des centaines d’orcs viennent se fracasser contre vos pièges, tout en étant criblés de vos carreaux d’arbalètes, avant de se faire découper par votre lame, puis achevés par une magie de glace ou de feu. Le panel de possibilités est vaste et chaque nouvelle mission de la campagne, une trentaine à vue de nez, vous proposera une nouvelle mise à mort à tester sur les peaux vertes.

 

En étant bien organisé, vous pouvez assister à une véritable boucherie.
En étant bien organisé, vous pouvez assister à une véritable boucherie.

 

De leur côté, ils ont également quelques atouts dans leurs manches. Vous devrez faire face à de nombreux types d’orcs. Ceux en armure, ceux avec des épées, des kobolds faibles mais rapides, des ogres (redoutables), des « je-ne-sais-quoi » volants, etc. Un peu comme le pierre-papier-ciseau, certains pièges seront efficaces sur des types d’ennemis bien précis. Il faudra anticiper et taper dans vos maigres deniers afin de poser le bon piège au bon endroit, sous peine d’être rapidement submergé et voir vos chiots se faire trancher à tout va. Enfin, les failles, vous me suivez.

 

Headshot !
Headshot !

 

En effet, et surtout n’étant pas habitué au genre Tower Defense, Orcs must die m’a placé sous une certaine pression que la plupart des pièges n’arrivaient pas forcément à réconforter. Contenir une vague qui a transpercé vos premières lignes de pièges fait très, très mal. Certaines cartes du jeu sont d’une cruauté à toute épreuve, autant pour vous que pour l’ennemi ! Il faut sans cesse surveiller la map globale, se déplacer fréquemment sur tous les points chauds pour arroser les plantes vertes, poser des pièges à l’arrache pour gagner 1.59 secondes, etc. La pression donc. Heureusement, toutes les trois vagues, le jeu se met en pause et nous laisse le temps de faire le point, changer ou mettre de nouveaux pièges et affiner ses stratégies. Au fil de l’eau, vous gagnez de plus en plus d’or et posez de plus en plus de pièges. Les dernières vagues sont en général les plus violentes. Je vous laisse imaginer le carnage de chaque fin de niveau.

 

Un temps de préparation est nécessaire avant l'accueil en grande pompe des peaux vertes.
Un temps de préparation est nécessaire avant l'accueil en grande pompe des peaux vertes.

 

Il y a un côté jouissif indéniable que j’apprécie énormément dans Orcs must die, et qui m’a donné envie de me lancer dans le second épisode. Bon, pas tout de suite hein, j’ai déjà des milliers d’orcs fraichement décédés à pleurer. Ce qui me permet donc de conclure ce court test avant de… ah, mince, j’ai oublié de vous parler du scénario ?

 

Qualités

Du fun en barre

Un concept simple et redoutable

 

Défauts

Certains pièges semblent inutiles

Durée de vie un peu faiblarde

 

Note globale : 3.5/5

________________________________

 

Une réflexion sur “Orcs must die ! (Sauvez Willy 5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *